La connaissance des différences homme-femme

L’ignorance des différences fondamentales qui existent entre l’homme et la femme amène inévitablement à des conflits conjugaux. Or, les connaitre, les comprendre et les accepter permet de faire baisser la pression et minimiser les conflits.


Prenons l’exemple incontournable de l’homme qui reste silencieux afin de retrouver la paix dans son esprit. En faisant cela, il ne rejette pas sa partenaire et ne l’en aime pas moins il cherche simplement à se canaliser. Le reconnaitre et le comprendre peut aider à accepter cette tendance chez l’homme. A l’inverse, comprendre que la femme a plus besoin de parler et d’être entendue dans l’expression de ses émotions pour se sentir aimée peut amener l’homme à être davantage à l’écoute et moins dans l’argumentation et l’offre de solution.


La distinction entre le genre (masculin et féminin) et le sexe (mâle et femelle) permet de préciser la distinction à faire entre rôle sexuel et fonction sexuelle pour mieux comprendre les liens entre le sexe et le genre et les réelles différences inaliénables existant entre l’homme et la femme.

Le rôle relève du genre alors que la fonction relève de l’identité sexuelle.

Selon les psychanalystes Simone et Moussa Nabati, les rôles possèdent cinq caractéristiques précises et les fonctions possèdent des caractéristiques contraires à celles des rôles.

 

Les rôles


1. Ils sont conscients et volontaires.

Par exemple, l’homme peut se sentir libre ou forcé de faire la vaisselle, mais il est conscient qu’il a fait le choix d’accepter de la faire à la demande de sa partenaire.


2. Les rôles relèvent de la réalité, c’est-à-dire qu’ils sont concrets, tangibles, visibles, mesurables et susceptibles d’être partagés entre les hommes et les femmes. Ce sont des activités réelles.


3. Il existe une quantité innombrable de rôles (partage des tâches ménagères, des soins aux enfants, des rôles sociaux etc…).


4. Ces rôles ne sont pas spécifiques, c’est-à-dire qu’ils n’appartiennent pas uniquement à un sexe. L’homme ou la femme, indifféremment, peut sortir les poubelles, donner le biberon etc… Sur le plan psychologique, les rôles ne sont ni féminins, ni masculins, et il n’existe aucune hiérarchie de rôles, soit des rôles meilleurs que les autres.


5. Les rôles sont relatifs : ils changent au gré des modes, des cultures, d’une époque à l’autre, selon les valeurs sociales ou dominantes. Les modèles ont fort changé et continueront de changer dans le futur.

 

Les fonctions


1. La fonction est inconsciente.

La fonction paternelle, par exemple, n’est pas une décision librement consentie ; elle fait partie de la nature de l’homme.


2. Elle est psychologique, c’est-à-dire qu’elle n’est pas mesurable. On ne peut mesurer le fait d’être homme ; on n’est pas plus ou moins homme parce que l’on a plus ou moins de comportements d’homme ou qu’on n’exerce plus ou moins de rôles masculins. La fonction est intangible.


3. Elle est unique. Il y a une seule façon d’être homme, même si on peut exprimer sa masculinité de différentes façons.


4. La fonction est aussi spécifique dans la mesure où elle n’est pas interchangeable entre l’homme et la femme, entre la mère ou le père. Le père ne peut se substituer à la mère.


5. Finalement, la fonction est absolue : elle ne peut être modifiée.

1 vue0 commentaire

Posts similaires

Voir tout