Les phobies alimentaires

Je vais vous parler dans un premier temps de la peur de la nourriture en général !

La sitiophobie est la plus dangereuse des phobies alimentaires, car elle affecte de manière grave la santé des personnes concernées.

Dans les cas les moins graves, il s’agit de la phobie de manger des aliments préparés par quelqu’un d’autre, de devoir manger en la présence d’autres personnes...

Cependant, dans les cas les plus graves, il s’agit de la peur de la mastication, de la déglutition, et d’ingurgitation de toute chose, que ce soit ou non comestible.

La sitiophobie est souvent associée à l’anorexie, à la boulimie et à d’autres troubles du comportement et de l’alimentation.

La plupart des phobies alimentaires apparaissent vers l’âge de 3 ans. L’enfant se met à refuser certains aliments et exprime une certaine méfiance devant des aliments nouveaux. Ces phobies peuvent être temporaires, mais pas toujours.

 

La peur du vin est l’œnophobie. Elle engendre un comportement paralysant et souvent irrationnel lorsque la personne entre en contact avec du vin, des bouteilles de vin ou du vin renversé. Généralement, cette peur est liée à l’idée d’une possible intoxication ou du manque de maîtrise de soi que pourrait engendrer la consommation du vin. Une expérience traumatisante liée au vin peut également être à l’origine de cette peur.

Dans certains cas, la peur peut être provoquée par la peur paralysante de choisir un mauvais vin pour un repas, ce qui pourrait provoquer un sentiment d’humiliation.

La peur de cuisiner est la mageirocophobie. Les individus qui ont cette phobie ont peur de cuisiner lors de repas entre amis, généralement suite à des moqueries, une mauvaise expérience culinaire, qui ont pu alors déclencher une forme d’anxiété sociale. Certains ont peur simplement de cuisiner des pates !

Les individus souffrant de cette phobie ont peur d’un ou de plusieurs éléments de la cuisine ou des conséquences possibles du processus de cuisson. Ils peuvent avoir peur de provoquer une maladie à ses amis ou à lui-même, de servir des aliments avariés ou de bruler la maison en cuisinant.

Un des dangers de cette phobie est d’être amené à des troubles alimentaires tels que l’obésité, du fait de ne pas cuisiner et de ne consommer essentiellement que de junk food.

La peur de manger de nouveaux aliments est la néophobie.

Cette angoisse de goûter se traduit par un évitement de ces aliments.

C’est un phénomène très courant durant l’enfance (aux alentours des 2 à 3 ans généralement) qui disparait vers les 5 ans de l’enfant. Ces enfants ne sont pas capricieux, ils s’adaptent petit à petit aux nouvelles textures et aux nouveaux gouts qu’ils apprécieront avec le temps.

Mais attention, il est important de montrer à nos enfants que nous même, nous essayons de nouvelles choses ! N’oubliez pas que nous sommes leurs modèles. Donc s’ils constatent que nous refusons de goûter de nouveaux aliments, ils feront la même chose, pensant que cela est normal !

Mais dans certains cas, cette phobie peut persister à l’âge adulte… 

Cette phobie peut être considérée comme un mécanisme de défense à l’origine de nos ancêtres : les individus chassaient et cueillaient eux-mêmes leur nourriture. S’ils ingurgitaient alors un nouvel aliment, celui-ci pouvait les exposer à un risque d’intoxication alimentaire ou bien pire, à la mort.

L’entourage imagine généralement que l’individu exagère ou fait un caprice. Du coup, il tentera de cacher sa phobie en se créant de fausses allergies ou en disant qu’il n’aime pas tel ou tel aliment. Ces situations peuvent créer des tensions avec les proches car cette alimentation sélective n’est pratique pour personne et peut donner mauvais exemple aux enfants.

Les évènements de rassemblement type dîner, mariage, cocktail provoqueront une angoisse pour l’individu car il est bien vu d’être un épicurien et d’aimer les expériences culinaires variées.

Les néophobes vont alors s’isoler volontairement afin de ne pas être confronté à ce type de situation, mais cela va augmenter leur anxiété et des conflits potentiels

Concernant la santé, le sujet peut se retrouver avec certaines carences alimentaires.

Dans 78% des cas, cette phobie serait héréditaire.

 

La peur de s’étouffer ou de suffoquer avec des aliments est la phagophobie. L’individu refuse alors de consommer des aliments solides ou des médicaments. Cette phobie survient à tout âge et à la suite, généralement, d’un épisode d’étouffement.

Dans les cas les plus grave, cette peur peut se généraliser à tous les aliments, même liquide et cela devient une situation très problématique pour la santé de l’individu.

Lorsque cette phobie est liée à une peur d’avaler des aliments solides, petit à petit, afin de se réadapter à la nourriture, l’individu peut commencer à re manger des aliments liquides ou en purée, puis des aliments faciles à émietter et à mâcher, pour enfin pouvoir manger à nouveau des aliments solides.

Si elle concerne les liquides, il existe des épaississants pouvant modifier la texture des liquides. Petit à petit, la proportion d’épaississants sera diminuée.

Comme on le dit souvent, il existe une phobie pour chaque chose qui puisse exister ! En l’occurrence ici, je vais vous présenter la phobie de certains aliments spécifique et situations en lien avec l’alimentation.

 

La peur d’une intoxication ou d’une réaction allergique est la cibophobie.

Les individus souffrant de cette phobie vont vérifier méticuleusement l’état des aliments avant de les consommer ainsi que les dates de péremption.

 

La peur de consommer des aliments de certaines couleurs est la chromophobie.

La peur de manger devant les autres est la dépnophobie.

La peur des légumes est la lachanophobie. Nombreuses sont les personnes qui n’aiment pas les légumes et qui n’en mangent pas. Par contre, chez les personnes ayant cette phobie, une véritable attaque de panique peut se produire à la seule vue ou à la simple pensée des légumes.

La peur du chocolat est la xocolatophobie. Les individus peuvent être choqué de la couleur, de la texture, de l’existence même du chocolat. L’anxiété peut être accrue durant les fêtes.

La peur des aliments à base de poisson est l'ichthyophobie. L’individu a peur d’en manger ou de voir un poisson mort. Généralement, les personnes ayant cette phobie refuse de nager dans la mer et la rivière.

La peur de manger de la viande est la créatophobie.

 

La peur de manger des champignons (ou des matières fécales également…) est la mycophobie. La crainte est la possibilité d’empoisonnement. Cette phobie ne se limite pas qu’à l’ingestion de cet aliment car elle peut se généraliser et provoquer une crainte du simple fait de les voir ou de les toucher.