#4 L'attachement durant l'adolescence

Au moment de l’adolescence, on peut noter une diminution de l’attachement aux parents, pendant que d’autres adultes peuvent prendre une place importante. C’est à ce moment-là également que l’attirance sexuelle pour les pairs débute. Bowlby dira cependant : « Pour la plupart des individus, le lien avec les parents persiste dans la vie adulte et affecte le comportement d’innombrables manières ».

Les relations d’attachement construite durant l’enfance et les modèles internes opérants issus des expériences précoces vont influencer le processus d’attachement à l’adolescence. Les stratégies d’attachement vont être modifiées dès l’entrée dans l’adolescence.

Durant cette période, les comportements envers les figures d’attachement pourront paraitre contradictoire. L’adolescent va moins recourir à ses parents mais il gardera cette base de sécurité qui va l’aider à assurer son sentiment de sécurité interne. Son autonomie se développe auprès de ses parents.

Il arrive à différencier ses différentes figures d’attachement et peut admettre que ses parents peuvent parfois être défaillants dans leur manière de répondre à ses besoins.

Les comportements de recherche d’autonomie de l’adolescent sont semblables aux stratégies du système d’exploration. Si l’adolescent se sent sécure auprès de sa figure d’attachement, il pourra explorer son environnement et s’éloigner de ses parents, sauf lors d’un stress important. Mais à la différence de l’enfant, l’adolescente pourra résister par moment à se rapprocher de ses figures d’attachement en cas de difficulté.

L’irruption de la sexualité joue aussi un rôle important dans la motivation à l’exploration et à la mise à distance des parents.

A l’adolescence, le système d’attachement n’est plus essentiel à la survie, il régule surtout les émotions. Les parents ont pour tâche de soutenir l’adolescent pour faire face aux affects engendrés par l’apprentissage de son indépendance.

La relation avec les pairs

Durant la petite enfance, les relations avec les pairs ne représentent généralement pas de relation d’attachement.

C’est à partir de l’adolescence que les pairs vont pouvoir représenter des figures d’attachement. Des relations à long terme se mettront en place dans lesquelles les pairs, partenaires amoureux ou amis très proches, joueront le rôle de figure d’attachement. La poussée vers l’autonomie crée cette incitation à utiliser les pairs comme figures d’attachement, afin de prendre de la distance avec les parents tout en satisfaisant les besoins d’attachement.

On constate alors un passage d’une relation d’attachement asymétrique : l’enfant reçoit l’attention d’une figure parentale protectrice, à une relation de réciprocité dans laquelle chacun offre et reçoit soutien et attention.

Les styles d'attachements

STYLE SECURE

Les parents sont la figure d’attachement principale. L’adolescent communique plus facilement avec eux, notamment en ce qui concerne la notion d’attachement.

Dans ces familles, on note un juste milieu entre l’autonomie et le besoin d’attachement qui se fait de façon plus souple que dans des familles de type insécure.

STYLE DETACHE ET STYLE PREOCCUPE

1/3 des adolescents présentant un style d’attachement détaché se désignent généralement eux-mêmes comme principale figure d’attachement, le reste désigne un ami ou un membre de leur fratrie.

Les 2/3 des adolescents présentant un style d’attachement préoccupé désignent un ami ou un membre de leur fratrie, et le reste leurs parents.

STYLE INSECURE

Les difficultés passées peuvent se rejouer dans la relation actuelle avec les pairs. L’exclusion défensive des informations concernant l’attachement peut entrainer une distorsion des échanges avec autrui et des difficultés dans les rapports sociaux.

0 vue0 commentaire

Posts similaires

Voir tout