L’intelligence émotionnelle conjugale

Ici, nous allons parler de notre cerveau, ou plutôt de nos trois cerveaux…


Le premier gouverne nos sensations et réflexes qui sont associés à notre survie. Il est appelé cerveau reptilien et assure notre survie physique. C’est celui qui ressent.


Le second est le cerveau limbique et est capable d’émotions. C’est celui qui s’émeut.


Le troisième est le cerveau « pensant », le néocortex, structuré à partir du cerveau limbique. C’est lui qui élabore la capacité d’apprendre et de se souvenir. Il est à la source de nos sentiments amoureux et de notre capacité à penser nos sensations, émotions, sentiments et pensées. Etant structuré à partir du cerveau émotionnel, nos émotions possèdent alors une forte influence sur le fonctionnement de nos pensées.

C’est celui qui pense et prend conscience des sensations du premier, des émotions du second et des pensées du troisième.


L’intelligence émotionnelle est la capacité de ne pas laisser les sensations et émotions des premiers cerveaux envahir les pensées du dernier, et donc de diriger notre vie.


Les sensations sont des réactions enregistrées par nos sens physiques, elles sont plaisantes ou douloureuses, essentielles à notre survie et sont à la base de notre recherche de plaisir et notre fuite de la douleur.


Les émotions sont également des réactions qui vont nous renseigner sur notre état physique. Elles sont généralement très fortes (comme dans le coup de foudre par exemple), impulsives, passionnées, mais très souvent… Illogiques.


C’est donc là qu’intervient notre troisième cerveau ! Il est plus réfléchi et logique, il analysera la réalité et prendra, ou pas, une décision d’action.


Toute relation amoureuse implique nos trois cerveaux.


L’attirance physique et sexuelle relève de notre cerveau reptilien, la passion du second et l’amour du troisième.


L’intelligence émotionnelle va faire en sorte que nous nous investissions dans une relation à long terme plutôt que dans la recherche de plaisirs intenses dans des relations passionnelles, mais éphémères.


Les couples heureux gèrent leur relation à partir de leur troisième cerveau (le néocortex). Leurs réactions émotives, impulsives, n’influent pas sur leur relation. C’est la lacune des couples malheureux, qui laissent leur cerveau émotionnel prendre le contrôle. Ils vont alors réagir impulsivement au comportement de leur partenaire et mettre régulièrement leur couple en danger.


Que mettre en place afin de faire baisser la pression ?


Vous allez découvrir trois exercices proposés en thérapie afin de remplacer les émotions désagréables par des émotions plus agréables. Le but sera de chasser l’hostilité présente dans le couple afin de les aider à reprendre contact avec leur intimité amoureuse.

 

Le contact intime


Ce contact intime consiste à demander aux deux partenaires de se prendre dans les bras l’un de l’autre, de coller l’ensemble de leur corps à celui de leur partenaire, de synchroniser leurs respirations et de s’abandonner, en silence, jusqu’à ce que les deux partenaires arrivent à se relaxer.


C’est un exercice qui peut paraitre très long, surtout si vous éprouvez de la colère envers votre partenaire…


Vous devrez :

1. Vous tenir debout.

2. Envelopper votre partenaire avec vos deux bras.

3. Vous concentrer sur votre respiration.

4. Vous tranquilliser totalement.


Plus qu’un simple contact physique, sensuel ou sexuel, cet exercice vous invite à respirer ensemble. Cet exercice est excellent pour évaluer la qualité de votre relation et voir lequel résiste et lequel est le plus fusionnel. Quand vous y parviendrez, vous vivrez alors des sensations agréables, vos émotions négatives seront calmées.

 

Comment vous regardez-vous ?


Comment prédire l’évolution et l’état d’un couple ? En regardant comment ils se regardent tout simplement !


Un couple malheureux se regarde de moins en moins, ou bien avec des flammes (mais pas de la passion, de l’enfer…) dans les yeux. Le couple heureux, lui, se regarde, tout simplement.


Dans un premier temps, chaque partenaire devra se regarder lui-même dans le miroir afin de s’apprivoiser. Se regarder, intimement, n’est pas un exercice si simple ! On va regarder nos yeux, nos défauts, nos cheveux… Mais rarement la personne qu’il y a en nous.

Nous ne pouvons pas regarder l’autre si l’on ne s’est pas soi-même regardé…


Alors, à vos miroirs !

 

Les souvenirs


Il est important de se rappeler les beaux souvenirs de votre histoire. Pourquoi ne pas ressortir les albums photos ?

4 vues0 commentaire