Les étapes de la vie de couple

Salomé a distingué quatre étapes dans l’évolution du couple : la fusion, la différenciation, la confrontation et le respect.

La fusion

Cette étape dure d’un an et demi à trois ans. Le couple vit dans une relation idéalisée, il évite les conflits et l’activité sexuelle est à son apogée. Cette étape de fusion peut être représentée par le 1+1=1. Mais on ne peut parler de vraie relation ici, car tout est biaisé par l’euphorie de ce nouveau couple, l’autre est parfait et n’a aucun défaut.

La fusion est cependant une étape importante, car en dehors de la découverte de l’autre, la découverte de soi est très considérable ici. Au travers du regard de l’autre, on se découvre, on est valorisé et admiré.

Mais cette étape est la plus difficile, car il faut arriver à la dépasser afin de vivre une vraie intimité.

Le désir de fusion amène à l’image « d’avaler l’autre », de le posséder. Il ne peut mener à la connaissance profonde de l’autre car cet amour fusionnel sera aveugle, anxieux, et centré sur soi.

La différenciation

Petit à petit, le couple sort de sa fusion et arrive à la différenciation. A force de se découvrir, les partenaires en arrivent à des différends et constatent finalement que 1+1=2, l’illusion s’évapore, l’autre n’était pas si parfait finalement. Se produit alors un phénomène de saturation, où on ne réagit plus de la même façon face à cet objet de passion. Mais malgré cela, l’attachement est présent, et les partenaires arrivent alors à s’adapter à l’autre.

La confrontation

Puis arrive le sentiment d’individualité qui refait surface. On veut s’affirmer et faire valoir ses besoins personnels. Est arrivée parfois la cohabitation, et certaines façons de faire de l’autre partenaire peuvent facilement heurter l’autre et devenir très irritantes. Vient alors la négociation afin de trouver un terrain d’entente. Ici, le partenaire impose souvent ses besoins à l’autre.

Salomé parle de relation « klaxon » dû aux nombreux « tu, tu, tu ! », présents en tant qu’accusateurs dans la communication.

On se retrouve à la croisée des chemins entre la stagnation, la rupture et le dépassement. Car si cette étape de confrontation devient insupportable, deux possibilités sont présentes : se séparer, ou s’adapter.

La séparation sera très douloureuse, l’adaptation demandera à se réinvestir dans le couple.

Certains individus prennent un troisième chemin : une relation extra conjugale afin de compenser l’insatisfaction conjugale. D’autres éviteront les contacts afin de ne pas être dans la confrontation.

Le respect, ou la rupture

Afin d’atteindre le dépassement et la maturité, le couple doit atteindre l’ultime étape du respect.

A ce stade, le couple apprend qu’en fait, 1+1=3. Il existe trois composantes pour le maintien d’une vie de couple saine : l’existence du « je », la conscience et la considération de l’autre, du « tu », et enfin la prise en compte de la relation comme entité, le « nous ».

Les partenaires s’affirment de façon plus respectueuse et considèrent la façon dont chacun ressent les choses de son côté grâce à une meilleure communication.

La découverte de solutions ne résulte donc non plus de la confrontation mais d’une évolution dans la façon de percevoir le problème de départ.

La relation évolue vers le respect quand chacun réussit à s’affirmer d’une façon qui ne porte atteinte à aucun des deux partenaires et à la qualité de la relation. Pour cela, il faudra d’abord accepter l’influence du partenaire et se montrer sensible à ses besoins et sentiments.

Gottman expliquait que les couples qui partageaient les taches ménagères et l’éducation des enfants sont ceux chez qui les relations sexuelles étaient les plus fréquentes. Pourquoi ? Car les femmes se sentiraient respectées et comprises et car les deux partenaires passeraient du temps ensemble.

L’amour mature est altruiste, il se vit comme un partage et une admiration mutuelle menant au respect.

La capacité d’intimité

Qu’est-ce que l’intimité ? D’après Erikson, elle se manifeste lorsque l’on réussit à s’abandonner sans craindre de perdre son identité dans des situations comme les amitiés profondes, la rencontre sexuelle et l’orgasme.

Cette capacité d’intimité inclut la proximité émotionnelle, le partage et la révélation de soi.

2 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout