Les Phobies - Définition

Dernière mise à jour : 15 juin

Nous avons tous des phobies, pour ma part, ma plus grande phobie est celle des guêpes, ou au moins de tous les insectes volants qui font « bzzzz » ! Les gens autour de moi, qui n’en ont pas peur, ne comprennent pas : « Mais n’ai pas peur ! Elle ne te piquera pas ! » ou « ce n’est pas la petite bête qui va manger la grosse » (ah bon ?). Autant vous dire que ce n’est pas évident en terrasse d’un restaurant lorsqu’une guêpe s’approche de moi et que je dois me lever pour partir à l’autre bout de la terrasse…

Ce qui caractérise la phobie, c’est que c’est une peur irrationnelle d’un objet. Je sais au fond de moi qu’il ne faut pas en avoir peur, mais cela est plus fort que moi ! D’où l'irrationalité de cette peur…

Les phobies font parties des troubles anxieux et sont classées par catégories :

  • Les phobies d’objets ou d’animaux, que l’on considère comme menaçant ou répugnant. Ce type de phobie peut commencer durant l’enfance et persister à l’âge adulte.

  • Les phobies de situation ou de lieu (peur de l’eau ou de l’avion par exemple). Ce type de phobie débute générale à l’adolescence ou au début de l’âge adulte.

  • Les phobies sociales (peur de parler en public, peur de rougir par exemple) et sont régulièrement associées à l’adolescence.

La phobie est une pathologie qu’il faut bien distinguer de la peur que chacun peut éprouver à un moment ou l’autre de sa vie. La phobie est subjective, c’est-à-dire que l’objet phobogène pourra rendre indifférent une toute autre personne (ma guêpe et moi par exemple…).

La peur est un ensemble de réactions à la suite d’une prise de conscience d’un danger ou d’une menace. C’est une émotion universelle jouant le rôle de signal d’alarme nécessaire à la survie de l’individu et à la préservation de l’espèce.

L’angoisse elle, est une peur sans objet. C’est-à-dire que dans la peur, nous savons ce que nous craignons, dans l’angoisse, nous la ressentons au plus profond de nous même sans savoir ce que nous craignons réellement. C’est le problème de la phobie, celle-ci est faite de peur et d’angoisse. Nous avons peur d’un objet spécifique, mais la peur que nous ressentons est irrationnelle, irréelle presque. Prenons l’exemple à nouveau de la guêpe : elle me fait peur, c’est un sentiment extrême que je ressens lorsque je la vois voler autour de moi, pourtant, je n’y suis même pas allergique, donc je ne peux craindre une piqûre de sa part, et malgré cela, je suis terrifiée et je suis obligée de courir très vite pour l’éviter et ne plus la voir !

Les objets phobogènes peuvent provoquer des conduites irrationnelles, des manifestations somatiques importantes (essoufflement, palpitations, tremblements, nausées,...), voire des attaques de panique où l’individu devient paralysé ou tétanisé.

Les individus phobiques utilisent l’évitement afin de ne pas être confronté à l’objet qu’ils craignent. Si l’on prend la peur des serpents, il sera assez facile de pouvoir les éviter, mais un sujet qui a peur de la foule ou de conduire va se retrouver confronter à ce type de situation plus régulièrement. Dans ces cas-là, la personne va tenter de vaincre, en vain, son angoisse. L’anxiété qui l’accompagne peut se transformer en crise d’angoisse et épuiser physiquement, et mentalement, l’individu. Il va s’isoler petit à petit afin d’éviter ce type de situation anxiogène. Ce type d’évitement aura alors des répercussions sur les autres facettes de sa vie, que ce soit professionnellement ou personnellement.


Evolution de la phobie


La phobie extensive

L’individu qui souffre de phobie va à tout prix esquiver le danger ! Il n’affronte donc pas sa peur et n’apprend pas à gérer son angoisse. De ce fait, la phobie perdure, s’amplifie et en plus, de plus en plus de situations deviennent phobiques.


La guérison spontanée de la phobie

50% des phobies disparaissent toutes seules ! Mais les autres 50% se maintiennent parfois durant des dizaines d’années…

Généralement, elle disparait spontanément durant l’année qui suit l’apparition des symptômes liés à la phobie. Passée cette année, le risque de chronicité va s’accroitre.


Comment la phobie peut disparaitre du jour au lendemain ?

La première hypothèse repose sur la faible fréquence de rencontre entre l’individu et l’objet phobique. La peur s’amoindrit et un déconditionnement naturel s’opère ce qui amène à l’extinction de la phobie.

Une phobie peut disparaitre spontanément. Le phénomène a lieu le plus souvent dans l’année qui suit l’apparition des symptômes phobiques. Passée cette première année, le risque de chronicité s’accroit.

Une deuxième hypothèse serait que la phobie ne mène jamais à l’évitement : l’individu ne veut pas céder et apprivoise pas à pas sa peur malgré la pénibilité de la situation.

Enfin, une troisième hypothèse serait l’apparition brusque de colère et de rage qui pousserait l’individu à affronter la situation évitée quelles qu’en soient les conséquences.


La phobie chronique

Comme nous le savons, la phobie empoisonne la vie de l’individu car il est difficile de l’expliquer aux autres.

L’individu met en place des aménagements pour éviter l’affrontement de l’objet phobogène et tout cela lui prend du temps, le fatigue et empiète sur sa vie sociale, personnelle et professionnelle.

Peu comprise et mal perçu, la phobie est souvent un sujet tabou, une honte pour les individus qui en souffre.

Ainsi, la plupart des phobies vont se maintenir durant des années et finiront par devenir chronique.


Les avantages à venir consulter pour une phobie

La thérapie donne accès à la compréhension de vos problèmes.

Elle apprend à vous comprendre vous-même.

Elle permet d’acquérir des informations, des explications sur les phobies.

Elle répond à vos attentes si vous souhaitez être déculpabilisé et être rassuré sur l’avenir.

Parler de votre peur peut vous permettre de calmer l’anxiété qui naît en vous. Je peux vous accompagner dans cette démarche, lorsque par exemple, cette anxiété est consécutive à un événement traumatisant que vous venez de vivre. Verbaliser votre histoire vous permettra de la projeter en dehors de vous et d’élargir vos horizons afin d’apprendre à vivre avec vos peurs. Nous pourrons également apprendre ensemble, par le biais de technique de relaxation et de gestion du stress à maîtriser au mieux votre anxiété. Il est également possible de travailler sur l’origine de votre phobie afin de tenter de comprendre d’où peut provenir cette peur et à quoi elle peut être liée.

0 vue0 commentaire

Posts similaires

Voir tout