La phobie de la voiture

La peur en voiture, des voitures ou de conduire une voiture est l’amaxophobie.

Cette phobie se traduit par des crises d’angoisse à l’idée de devoir conduire. Il peut s’agir de conducteurs récents qui ont une appréhension ou des plus expérimentés qui ont eu un accident. Cette crainte peut provoquer une perte d’autonomie qui aura des conséquences sur la vie quotidienne.

Le manque de confiance en soi peut entraîner une peur de faire une erreur ou de créer un accident sur la route. Cette crainte peut aussi se traduire du côté passager, révélant alors un manque de confiance envers les autres.

Afin de retrouver cette autonomie perdue, il faudra travailler sur ses pensées : ne plus voir la route comme une menace ; sur ses émotions et son anxiété ; et sur son corps, afin de le relaxer.

Certains thérapeutes ont des outils de réalité virtuelle. En vous exposant à la route de façon virtuelle, vous vous réhabituez petit à petit à être dans une voiture, à la route… Par la suite, vous pourrez mettre en place des rituels : vous asseoir quelques minutes dans votre voiture, devant le volant par exemple. Une fois que votre angoisse sera atténuée, vous pourrez démarrer le moteur… Et ainsi de suite. Peu importe le temps que cela vous prendra, vous vous exposez graduellement à la conduite, en atténuant au fur et à mesure votre angoisse.

Environ 20% des personnes qui ont été victime d’un accident de la route présentent une angoisse à conduire une voiture et craignent qu’un nouvel accident ne se produise.

Les claustrophobes ont peur de conduire dans des tunnels et les acrophobes de conduire en montagne.

La peur de prendre l’autoroute regroupe plusieurs phobies. L’autoroute est un monde à part, un circuit clos où l’on peut se sentir enfermé, captif, provoquant l’angoisse claustrophobique. Pour d’autres, cela peut réveiller une phobie sociale où l’individu a l’impression de ne pas se comporter comme les autres. Et enfin, pour certains individus, cela peut réveiller l’angoisse d’être perdu dans un grand espace vide, rappelant l’agoraphobie, et la peur de rester bloquer en cas de problème.