La phobie de perdre son portable

La peur de perdre son portable est la nomophobie.

C’est un terme récent qui présente la peur de se retrouver sans moyen de communication (portable ou réseau).

Livré à lui-même, l’individu se retrouve face à lui-même, face à une solitude qui l’angoisse énormément. Il ressent un véritable manque qui agit considérablement sur ses émotions et même physiquement. L’individu ressent un vide, comme s’il avait perdu une partie de lui-même.

On parle de « soi connecté » car le portable est considéré comme une extension de l’individu lui-même.

Le sujet nomophobe va vérifier fréquemment et à n’importe quel moment de la journée, ou de la nuit, son téléphone (ou ordinateur, ou tablette…) afin d’être certain de n’avoir louper aucun appel (ou SMS, mail…). Il est hyperactif sur les réseaux et passe énormément de temps sur internet, sans même avoir de but précis.

L’individu peut se retrouver en état de panique lorsque la batterie n’est plus suffisamment chargée ou que le réseau est de mauvaise qualité. Si le téléphone se retrouve alors éteint, l’individu est dans un véritable état d’angoisse.

Cette phobie (ou addiction finalement !) peut conduire l’individu à se renfermer sur lui-même, le plongeant dans la solitude car il rompt toute communication avec le réel, dû à l’utilisation intensive de son téléphone.

Afin de vaincre cette phobie, il est important de prendre conscience de son niveau de dépendance.

 

Etymologiquement, le terme nomophobie se rapporte à la peur des lois (du grec nomos, la loi, et phobia). Ici, le mot est issu de l'anglais no mobile phobia.

 

En 2010, un grand fabricant de téléphones a avancé qu'un utilisateur pouvait consulter son portable toutes les 6 minutes, soit plus de 150 fois sur une période de 16 heures.

 

L’addiction au portable touche en grande majorité les jeunes de 15 à 19 ans mais n'épargne aucune génération.